Jean-Pierre Pincemin

Jeune artiste avec une vision, Pincemin souhaite revivifier l’art français et le rendre international.

Jean-Pierre Pincemin (1944-2005) est un artiste peintre, sculpteur et graveur français. Il se fait connaitre à une époque où la peinture française était en déclin. Les anciennes traditions de peinture incarnées par la célèbre École de Paris avaient perdu de leur vigueur. Pendant ce temps, à l’autre bout du monde, le Pop Art bat son plein, attirant l’attention sur le matérialisme impitoyable de l’Amérique à la fin des années soixante. Par conséquent, c’est sous la houlette de Pincemin que le mouvement connu sous le nom de Supports/Surfaces a été lancé.

Jeune artiste avec une vision, Pincemin souhaite revivifier l’art français et le rendre international. Ses premières pièces, en particulier celles produites au cours de son engagement avec Supports/Surfaces, portaient principalement sur la matérialité des œuvres elles-mêmes. Employant la toile découpée et en collant des sections en énormes patchworks aux couleurs abstraites, Pincemin créé des oeuvres qui s’accrochent sur le mur sans aucun appui structural. En 1972, son style  évolue vers de nouvelles directions se détachant ainsi de Supports/Surfaces.  Au milieu des années soixante-dix, il produit la première de ses Palissades, utilisant de grandes bandes de toile trempées dans de la couleur et disposées géométriquement pour former des compositions presque architecturales dans leur taille et leur rigidité. Le résultat était imprévisible, le trempage des bandes permettant un élément de hasard pour déterminer leurs tons définitifs.

En 1980, l’approche de Pincemin avait encore changé. Le chaos énergique des palissades anciennes, dont les tonalités se dictaient plus par hasard que par leur design, céda la place à la nouvelle attitude plus prudente que nous observons dans son travail de 1981. Peu à peu, les compositions deviennent minimales, le nombre de bandes se réduisent à trois. La toile, maintenant supportée sur une civière plus traditionnelle, n’est plus coupée et ré-assemblée, la priorité sont les couleurs, ou plus précisément les jeux de tonalités. Les œuvres deviennent plus précises, plus paisibles, plus classiques, chaque plan équilibrant les autres, exprimant ainsi de subtiles nuances de teinte. Et pourtant, dans la deuxième série de Palissades, comme le démontre Untitled de 198, ce nouveau principe de calme inhérent à Pincemin semble les rendre encore plus frappantes que ces oeuvres précédentes.

Le temps qu’il dédie à la création de ces œuvres est évident, tout sens de l’automatisme est rejeté en faveur d’une application propre et méticuleuse de la peinture et des nombreuses couches que cela implique. La marge se distingue comme un cadre essentiel de la composition, clôturant comme une palissade les trois bandes centrales. Le résultat en est que plus remarquable d’intensité et de profondeur.

Les influences citées par Pincemin sont diverses et parfois surprenantes. Avec Untitled 1981, la musique en est une qui a joué un rôle pour la composition visuelle, les effets d’harmonie et de tonalité qui abondent dans ces deux formes d’art.

Son travail, et en particulier son utilisation des couleurs, est enraciné dans une noble tradition française qui remonte aux œuvres de maîtres français tels que Jean Clouet, Nicolas de Largillière et Charles le Brun. Depuis sa mort en 2005, le travail de Pincemen a été célébré dans de nombreuses expositions importantes, notamment avec une grande rétrospective qui a fait le tour de la France en 2010 et qui a su révéler un talent exceptionnellement polyvalent. Confrontée autres œuvres incluses dans cette exposition complète, il devient clair que la deuxième série de Palissades représente l’apothéose de l’artiste dans l’abstraction. Non sans doute, dans une volte-face controversée, la série suivante aurait fait le grand pas vers l’art figuratif. En tant que tel, Untitled 1981 incarne les principes d’une des séries les plus remarquables de l’artiste, engendrant un lègue artistique imposant à la fois dense et profondément harmonieux.

UNTITLED, 1981

Mixed media on canvas

H 193 x W 170 cm
H 76 x W 67 in.

UNTITLED, HORIZONTAL, 1983

Oil on canvas

H 250 x W 198 cm
H 98,5 x W 78 inches

UNTITLED, VERTICAL, 1983

Mixed media on canvas

H 210 x W 151 cm
H 82,7 x W 59,5 inches

COMPOSITION GEOMETRIQUE, 1981

Oil on canvas

H 127 x W 157 cm
H 50 x W 61,9 inches

Send this to a friend